Z3: Diversité des espèces en Suisse et dans les régions

L’indicateur Z3 suit, de 1900 à nos jours, l’occurrence de 723 espèces d’animaux sauvages de groupes d’espèces choisis vivant actuellement en Suisse. Il évalue pour ce faire si une espèce est présente ou pas à un moment donné. La fréquence des espèces n’est pas prise en compte. Les données concernant la fréquence sont disponibles dans d’autres indicateurs, principalement le Z8.

Les neuf groupes d’espèces choisis sont bien connus et bien documentés. Sont prises en compte toutes les espèces de papillons diurnes, de sauterelles et de libellules ainsi que plus de 90 pour cent de toutes les espèces vertébrées. Ceci correspond à environ 2 pour cent de toutes les espèces d’animaux sauvages recensées en Suisse.

Les quantités d’espèces comprises dans ces groupes ont peu évolué depuis 1900. Elles ont dans l’ensemble légèrement progressé, toutefois avec de nettes différences régionales.

Les espèces ayant le plus progressé se comptent parmi les mammifères et les oiseaux nicheurs. L’expansion de certaines zones de répartition, la reconquête par certaines espèces de zones qu’elles occupaient auparavant ainsi que l’introduction intentionnelle ou par hasard d’espèces sont probablement et pour une large part à l’origine de l’apparition de nouvelles espèces.

Le nombre d’espèces de poissons enregistre en particulier une baisse notable en Suisse. Les diminutions se produisent lorsque des espèces déjà rares en Suisse se heurtent à leurs limites géographiques ou écologiques. Parmi les poissons, la construction d’obstacles infranchissables dans les cours d’eau (barrages, seuils, etc.) et l’eutrophisation parfois importante de nombreux lacs suisses durant les années 70 expliquent en grande partie la baisse du nombre d’espèces.

Évolution en Suisse entre 1900 et 2010

Changements nets par décennies.

Nombre d‘espèces

Parmi les groupes d’animaux étudiés, 704 espèces remplissaient en 1900 les critères d’occurrence du MBD. En 2013, 19 espèces de plus remplissaient ces critères. Entre 1900 et 2013, le nombre d’espèces des groupes d’animaux étudiés a progressé par conséquent d’environ 3 pour cent.

Dans la première moitié du 20e siècle, on n’observe une nette diminution que parmi les poissons, les autres groupes d’espèces demeurant stables. Vers 1960, cette dynamique prend de l’ampleur. Les changements proviennent surtout d’espèces qui disparaissent ou qui colonisent de grandes parties du pays. La contribution des fluctuations à court terme à l’ensemble des changements mesurés est faible. On peut par conséquent supposer que les changements constatés ne découlent pas principalement d’une meilleure connaissance des espèces.

Évolution en Suisse 2004–2013

Évolution du nombre d’espèces par rapport à 2004

*) Sans les chauves-souris