Le MBD sur le terrain

Les relevés relatifs à la biodiversité d’un habitat sont effectués sur une petite surface. La méthode exige beaucoup de précision et de rigueur dans le travail. Sur le terrain même, les espèces végétales sont enregistrées dans une app pour smartphone. Les mousses, les mollusques et les insectes aquatiques sont conservés et remis à des spécialistes en vue de leur détermination.

Plantes vasculaires, mousses et mollusques

Pour effectuer le relevé des plantes, des mousses et des mollusques dans un habitat, les biologistes de terrain recherchent les surfaces d’échantillonnage de dix mètres carrés à l’aide d’un appareil GPS et d’un détecteur de métal. Une fois l’aimant localisé, la surface d’échantillonnage est marquée au moyen d’un fil de 1,8 mètre de longueur. 

Sur le terrain même, les espèces végétales sont enregistrées dans une app pour smartphone. Il n’est donc plus nécessaire de reporter les notes prises dans le carnet de terrain sur ordinateur. Parfois, il peut cependant être nécessaire d’emporter l’un ou l’autre spécimen d’une espèce que l’on pourra déterminer ultérieurement, les mousses et les escargots étant confiés pour leur part à des spécialistes.

Cliquez sur l’une des images suivantes: elles montrent un collaborateur du MBD en train de procéder au recensement d’espèces sur une surface d’échantillonnage.

 
 

Insectes aquatiques

La série d’images illustre le déroulement d’un échantillonnage d’insectes aquatiques sur le terrain. Le MBD évalue la biodiversité dans les eaux sur quelque 600 sections de cours d’eau suisses. La recherche est axée sur les larves de plécoptères, de trichoptères et d’éphéméroptères.

Images animées

Le film explique la méthode mise en œuvre par le MBD pour établir la diversité des espèces dans un habitat. On y voit les relevés sur terre et dans un cours d’eau.

Vous trouverez de plus amples informations sur l’indicateur «Diversité des espèces dans les habitats»
> ici